Home - Intro - Discussion - Terminateur - Lune - Définitions - Double - Base de données -
Coucher du soleil - Hommage - Lever du soleil - La Ligne - Réchauffement - Archives




Définitions EH2R



Pour commencer il est préférable de clarifier quelques définitions utilisées, étant donné qu'il y a plusieurs types différents de couchers de soleil Polaires, à savoir :

La «ligne»: la très forte réfraction d'horizon comprime le disque solaire en une ligne droite. La réfraction plus forte dans la partie inférieure extrême du disque solaire qui se trouve dans l'espace est poussée vers le haut dans le disque même tel que vu de la Terre. Étant certainement un effet optique, c'est le ‘pliage’ d'espace non seulement dans le disque solaire, mais à la même élévation partout dans le ciel.

La première tentative de classification fut effectuée par Willard J. Fisher dans les années 1920’s et il l'a appelé un coucher du soleil de type ‘B’. Un peu plus tard J. F. Chappell photographia le phénomène (réf. ‘apparent distortions of the setting Sun’ Publication. Astr. Soc le Pacifique. 45 281-282 (1933)) :

"Une longue ligne singulière finale, qui très curieusement se substitue à la pointe de lumière que l'on pourrait raisonnablement s'attendre à voir, indice de la descente d’une sphère brillante”. JF Chappell

L’effet Novaya Zemlya : un mirage supérieur de la ligne causé par une couche d'inversion peu profonde. Sans l’aide d’un instrument optique permettant le rapprochement de l’image du disque solaire, celui-ci prend une forme rectangulaire. Une inspection approfondie des images du soleil révèle un objet qui prend la forme d’un sablier aplati. Les effets Novaya Zemlya sont appelés des mirages. Lors de l’observation d’un coucher du soleil, nous pouvons identifier les séquences attribuables aux effets de mirages.

«Les lignes multiples» : phénomène compliqué, attribuable à la présence de plusieurs phénomènes atmosphériques, qui pourrait s’expliquer simplement comme une série de lignes multiples causées par une réfraction très forte, et qui sont en fait des effets ‘miroir’ de la propagation de la lumière à travers d’une ou de plusieurs couches d’inversion. Nous ne traiterons pas des lignes multiples parce que leur capture sur bande vidéo ou en image numérique ou photographique nécessitent de l'équipement spécialisé.

«Le Flash Vert» : Très bien décrit par le Docteur Young (voir le lien au bas de la page), le «Flash Vert» est surtout Vert en raison de la présence de l’ozone et de la dispersion de lumière au bas de l'horizon. Le «Flash Vert» étant d’aspect similaire à la «ligne» il est facile de les confondre.